Meanders, l’exposition qui donne le ton

Aucune date spécifiée

Jusqu’au 30 juin inclus, l’exposition Meanders investit l’écrin bruxellois de l’Arthus Gallery et met en scène trois artistes aux univers détonants.

Très attachée à la vérité du matériau, Astrid Dahl amène la matière à la contrainte en se jouant de l’argile, qu’elle manipule, ponce et travaille au gré de ses envies. L’artiste propose des pièces « brutes » où l’honnêteté du matériau se reflète dans un équilibre subtil d’art et de nature.

Emiliano Celiz compte, quant à lui, parmi les meilleurs orfèvres d'Amérique du Sud. Au fil des années, il a gravi les échelons du succès et s'est constitué une liste de clients influents dans le monde entier. Autrefois spécialisé dans les bijoux uniques et les couteaux personnalisés, il a élargi son travail aux œuvres d'art décoratives en argent créées à partir d'une seule plaque, une technique maîtrisée par quelques artistes seulement dans le monde.

Calligraphe, Cécile Pirzio-Biroli invite les visiteurs, avec ses oeuvres aux motifs et formes libres, à un monde de poésie, de rêve et d’aventure. Inspirée par Cy Twombly et Brice Marden, deux grands artistes américains du XXe siècle, ou plus près de nous par Henri Michaux, elle a acquis un langage visuel unique fait de couleurs, de symboles et de traits subtils.

Depuis 1998, Arthus accueille des artistes et des œuvres d'art pour en faire un espace vivant dédié au secteur dans toute sa diversité, où les pièces proposées jettent des ponts entre les cultures et les époques.

Informations.

Newsletter

L'agenda

JV en kiosque - Abonnement

AVRIL 2022

cover JV86

 

 

  • Enquete: L'essor des cercles privés
  • Spécial montres: Design et innovations
  • Escapade, Bordeaux sans modération

 

 

 

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :

  • « Ça coûte un pont »

    Ce qui coûte un bras à un Français coûte un pont à un Belge...

  • « Casse...tête »

    Casse...tête

    Qu’est-ce qu’un gendarme couché, qu’est ce qu’un dos d’âne, qu’est-ce qu’un ralentisseur ? En Belge c’est un cassevitesse. À ne pas confondre avec le cassis, qui trouve aussi ses racines dans « casser » mais désigne des deux côtés de la frontière plutôt un
    creux qu’une bosse. Quelle qu’en soit la dénomination, la multiplication de ces empêcheurs de rouler à fond finit par nous les casser… Les oreilles bien entendu.

  • « Passe-moi le cornet »

    Ni de glace, ni de frites ... de téléphone !