Vous croyez tout savoir sur l’hypnose… 

Aucune date spécifiée

 

Gaëlle Jadoul et Christophe Finot, hypnose & happiness coach, vont vous faire voyager dans sur les chemins de la découverte de l’hypnose à travers une série de plusieurs articles. 

 

Vous croyez tout savoir sur l’hypnose… du cabinet de thérapeute à l’hypnose de fascination portée à l’écran… ET SI l’hypnose vous faisait entrer dans une nouvelle dimension… ?

 

Dans ce premier article, nous allons vous emmener à la découverte de l’hypnose au niveau thérapeutique. 

 

« Vous êtes confortablement installé, vous respirez à votre rythme…restez les yeux ouverts...

…Il n’y a rien d’autre à faire qu’à laisser faire…»

 

Le cerveau humain fonctionne en continu tout au long de notre vie. Comme pour activer notre fonction vitale, nous n’avons pas besoin de penser à respirer. L’hypnose permet d’accéder à l’inconscient et de l’exploiter pleinement.

 

Prenons le temps de mieux connaître la définition de l’hypnose qui a varié selon les époques et les thérapeutes.

 

« Hypnos » terme grec signifie sommeil. C’est l’étymologie de l’ensemble des phénomènes cliniques liés au sommeil.

 

De manière officielle, le terme « hypnose » désigne à la fois « un état modifié de conscience » soit un état de conscience particulier, entre la veille et le sommeil et l’ensemble des techniques utilisées pour parvenir à cet état de conscience. 

 

Un peu d’histoire pour encore mieux appréhender son origine… 

 

Dans l’histoire ancienne, l’hypnose a été pratiquée sous d’autres noms dans les temples du sommeil, de l’Egypte à la Grèce antique, tout comme par les druides de Rome plus tard.

 

Déjà en Egypte, le pharaon Ramsès II (né en 1304 av. J.C.) utilisait des techniques hypnotiques pour motiver les soldats avant de partir au combat. 

 

Et Socrate, en Grèce, excellait dans la pratique de l’hypnose conversationnelle. 

 

En Europe en 1750, Franz Anton Mesmer était convaincu qu’un fluide magnétique invisible rayonnait dans l’univers. Certaines maladies étaient dues à un déséquilibre de ce fluide dans l’organisme et qu’il était donc possible de les soigner en restaurant cet équilibre magnétique. 

 

En 1840, un médecin britannique James Braid proposa le mécanisme de la focalisation physiologique : fixation prolongée du regard sur un objet brillant situé légèrement au-dessus de la ligne normale des yeux, ce qui provoqua un état proche du sommeil qu’il nomma la transe. Il fut le premier à proposer le nom d’hypnose.

 

En 1930, avancée fantastique de l’hypnose grâce à Carl Hull et Milton Erickson. Hull défendit l’idée que l’état hypnotique était une activité mentale normale, capable d’influencer les performances humaines. Milton Erickson montra l’efficacité de la dimension métaphorique de l’hypnose et la capacité d’apprentissage de l’inconscient.

 

En 1979, l’hypnose moderne ou « Nouvelle Hypnose » fut créée par le professeur américain D. Araoz. Elle pratiqua l’hypnose Éricksonienne à laquelle s’ajoutèrent la programmation neuro-linguistique, les neurosciences, la sociologie et la psychopathologie. 

 

En 2000, l’émergence de l’hypnose conversationnelle paracheva l’hypnose moderne et l’hypnose humaniste. Hypnose hybride située entre la psychothérapie européenne, axée sur une grande compréhension de l’Inconscient et la thérapie brève américaine qui permis de générer des résultats rapides et très concluants.

 

Les champs d’application 

 

Selon l’échelle de « suggestibilité hypnotique » mise au point par l’université de Stanford (USA), 5% des personnes sont réfractaires à l’hypnose et 10% seulement parviennent à entrer rapidement en état d’hypnose profonde. 

Notre pratique nous permet d’affirmer aujourd’hui que toute personne est hypnotisable, et comme chaque personne est différente, seule la technique utilisée sera adaptée pour la mise en transe. En préambule, nous nous attachons à tester la réceptivité hypnotique de nos clients avant de cheminer plus en avant dans le travail thérapeutique.

 

« … Il n’y a pas de mauvaise ou de bonne manière dans rentrer dans cet état de transe, il y a la vôtre, celle qui vous convient et de la même manière, toute transe a sa propre transe… »

 

La pratique de l’hypnose est bénéfique autant pour les jeunes enfants, les adolescents, les étudiants que pour les adultes car elle contribue à :

 

  • Augmenter votre confiance en vous et l’affirmation de soi
  • Changer des comportements inadéquats, inadaptés
  • Reprogrammer toute croyance limitante, blocages ou conditionnements négatifs
  • Supprimer les peurs, phobies, angoisses
  • Vaincre les dépendances (tabac, alcool,...)
  • Gérer les émotions, le stress, les états dépressifs, l’insomnie, le burn-out
  • Accompagner les chocs émotionnels et les traumatismes 
  • Apprendre à gérer les problèmes de poids et les troubles des comportements alimentaires

Cette liste est non exhaustive.

 

À noter : L’hypnose ne fonctionne pas pour les personnes souffrant de troubles psychiatriques graves (paranoïa, schizophrénie, psychoses, épilepsie), de problèmes cardiaques sévères, de sevrage de drogues dures,…

 

Alors, comment ça marche ?

 

Une séance d’hypnose se passe en 4 phases : 

  1. La mise en confiance et la validation du travail thérapeutique 
  2. L’induction ou la mise en transe 
  3. La phase thérapeutique à l’aide de suggestions et d’images métaphoriques, le praticien fait vivre à son client une autre manière de percevoir sa réalité, de vivre les choses différemment tout en respectant la demande du client validée lors de la phase 1.
  4. Le retour à l’état de conscience ordinaire en y incluant des suggestions post-hypnotiques où tous les nouveaux comportements, capacités, croyances ou même une nouvelle identité sont intégrés par le client.

 

Mais avant d’en arriver là, il est important de comprendre le mode de fonctionnement du cerveau et en particulier le rôle des deux hémisphères : le gauche et le droit.

L’hémisphère gauche est associé à l’état Conscient, il est impliqué dans le rationnel, le raisonnement et l’analyse logique alors que l’hémisphère droit est le siège de l’Inconscient qui laisse libre cours à l’imagination, les émotions, la créativité, les dons innés,…

 

  • Pour induire un État Modifié de Conscience, il est nécessaire de mettre en « veille » la partie gauche du cerveau et de détourner l’attention consciente en obligeant le cerveau à se concentrer sur quelque chose d’autre.

 

Voyons cela de plus près…  

En état d'hypnose, la personne ressent souvent de la détente, du bien-être, elle entre alors en état de conscience élargi, soit dans ses univers de perceptions qui peuvent être olfactifs, auditifs, visuels... A ce stade l'attention de la personne peut se focaliser sur un élément donné, sa douleur par exemple. L'état d'hypnose est alors proche des rêves et quitte la logique rationnelle. Le praticien peut ensuite suggérer à son client de s’appliquer une pommade imaginaire sur la zone douloureuse pour en diminuer l'intensité. Dans cette dernière étape le client va donc ressentir une amélioration de son état sur la zone douloureuse, ce qui le transposera dans une réalité perceptive.

De la même manière, un client ayant la phobie des araignées, va pouvoir se dissocier dans un premier temps de sa phobie et ensuite, se visualiser dans une nouvelle réalité bien présente en lui où les araignées sont là mais n’éveillent plus de phobie chez lui. 

 

Quant aux addictions, les phases de travail sont plus nombreuses et le temps est un facteur important, chaque client intègre à son propre rythme.

 

Nous vous donnons rendez-vous au prochain article qui prolongera votre immersion au cœur de l’hypnose.

 

« Vous pouvez revenir ici et maintenant, complètement réassocié et en pleine forme, en ayant complètement intégré l’expérience… »

 

Gaëlle Jadoul

Hypnose & Happiness Coach

+32 479 352 606

g@gaellesecrets.com

 

Christophe Finot

Energy & Happiness Coach

+33 621 318 329

c@gaellesecrets.com

Newsletter

L'agenda

JV en kiosque - Abonnement

AVRIL 2022

cover JV86

 

 

  • Enquete: L'essor des cercles privés
  • Spécial montres: Design et innovations
  • Escapade, Bordeaux sans modération

 

 

 

Do you speak belge?

Quelques expressions belges et leur explication :